Retour à la liste des expositions

« J'appelle les différents sujets qui composent ma peinture des « thèmes » pour les distinguer de « séries », afin de signifier, par le choix du vocabulaire, l'appartenance de la peinture au travail de la pensée et non pas à celui de la production industrielle. »

Né à Paris en 1970, Hervé Ic entame son cursus universitaire en intégrant l'École Supérieure d'Ingénieurs en Électrotechnique et Électronique de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris. Il obtient ensuite une maitrise en Art et technologie de l'Image à l'Université de Paris VIII, puis il achève son cursus par un DEA Intelligence Artificielle Reconnaissance des Formes et Applications.

Les connaissances qu'il acquiert, en image de synthèse et intelligence artificielle, le convainquent de laisser de côté la machine pour privilégier la création dans son expression la plus directe du système cognitif: la peinture. Il développe ainsi une pratique mêlant techniques de superposition et de combinaison de l'image traduisant une approche complexe du monde.

On peut relever dans sa pratique un antagonisme entre les techniques employées et les « thèmes » abordés. En effet, ses peintures relèvent d'une maitrise technique proche du classicisme, associée à des sujets tirés de l'histoire ou de l'actualité. Ainsi il a exploré le monde des raves party qu'il intitule « Freaks », aux conflits armés, nommés « Batailles navales ».

Artiste de l'image figurative ses œuvres se décomposent en couches transparentes, successives. Il en ressort des toiles complexes à la fois réalistes et artificielles. Une sorte de palimpseste s'inscrivant dans un univers proche du surréalisme, interrogeant les restructurations et les recompositions qui accompagnent l'homme aujourd'hui.

Son travail trouve sa source dans les recherches qu'il mène dans des domaines éclectiques tels que internet, les musées, les églises. C'est pourquoi sa démarche ressemble à l'élaboration d'une fiction documentée. A l'image de Bernard Dufour, certaines de ses images, comme la thématique « Freaks », relève d'une pratique quotidienne de la photographie. Ce qui se retrouve dans d'autres préoccupations, récurrentes dans son travail, la question de la lumière qu'il aborde de manière brutale, perturbante; nous transportant dans un univers électro-psychédélique avec ses mondes colorés aux éclairages abondants. On pourrait situer cet artiste dans la continuité d'une esthétique disco-chic proche des années 1970, ou dans une sorte de contre-réforme baroque.

bandeau-collage21-21x29,7cm
26/02/2021

La mélancolie des espaces Marie Vandooren

Visite virtuelle de l'exposition
Détail de l'exposition Citation de l'artiste Toutes les œuvres de l'exposition 11 Interview de l'artiste Les coups de cœur de l'artiste